cloud privé

Qu’est-ce que le cloud privé ?

Le Cloud privé (ou dédié) se définit comme la mise en place d’une solution d’infrastructure matériel, logiciel et informatique dédiée à un seul client ou organisation. La notion de Cloud implique les mécanismes d’élasticité, l’optimisation des ressources physiques, l’accès à la demande et les mesures d’utilisation.

La solution d’hébergement de l’infrastructure utilisée peut-être interne, soit dans vos salles déjà existantes, ou encore à distance, dans une société de services spécialistes de colocation. Dans ce deuxième exemple, l’infrastructure sera entièrement dédiée à l’entreprise dans un bâtiment fournissant de l’espace partagé. La ségrégation est garantie par les certifications et les mécanismes d’audit.

Le Cloud privé peut être géré par l’organisation elle-même ou un partenaire tiers, et même hybride pour s’assurer du bon fonctionnement opérationnel et de l’expertise nécessaire.

La volonté de contrôle sur les données et l’ajout de services spécifiques sont les principaux facteurs de décisions pour un Cloud privé. Le modèle privé présente des avantages de facilité de gestion par rapport à l’offre public puisque vous avez un pouvoir de décision.

Quelques avantages du Cloud privé

Sur le plan financier, le Cloud permet d’optimiser les ressources en fonction de la demande. En d’autres termes, les services qui n’utilisent pas les ressources peuvent la partager de façon sécuritaire avec d’autres services.

Une utilisation intensive des ressources peut s’avérer plus économique sur un Cloud privé par exemple. Sur le Cloud public, les tarifs sont proportionnels à l’utilisation ce qui peut se compliquer.
Aussi, les équipements que vous avez en immobilisation peuvent encore servir sans utiliser des mécanismes de conversion capex/opex.

Des fonctionnalités spécifiques implémentables.

Le Cloud privé permet de conserver certain processus d’entreprise déjà en place sans risque de modifications. L’externalisation des sauvegardes soumises à des contraintes légales peuvent être conservé sur l’infrastructure dédiée.

Des besoins spécfiques pour des chaines d’approvisionnement, des machines-outils , etc. avec un niveau plus complexe d’interconnexion, peuvent alors s’envisager sans risques.

Quelques pièges du Cloud privé

Avoir un plan

La facilité des déploiements à la demande et la consommation de la ressource va accélérer l’adhésion des utilisateurs pour la solution mise en place par l’organisation… avec dans 3 ou 4 mois des messages se demandant comment vivions-nous avant.

Capacité

Le suivi de la capacité ne doit pas être négligé, car plus de capacité signifie plus de réponses à la demande et ainsi plus de réponse à l’élasticité. Ainsi, il faut prévoir les mécanismes de croissance en fonction de vos historiques et de vos prévisions. Les délais de décisions doivent être courts et définis pour ne pas se retrouver au pied du mur. Les outils des gestions sont indispensables pour éviter ce piège.
Dans le cloud public, ce sont les opérateurs qui sont en charge de faire cela de façon transparente.

Proposer de nouveaux services

Il faut penser à proposer le même type d’offre que sur le cloud public sur vos infrastructures, pour ne pas que vos utilisateurs soient tenté par le Shadow IT.

Le Cloud est très tendance et les envies sont souvent plus rapides que la réalité des besoins. Prenez le temps de présenter ce que vous allez faire dans la partie de Cloud privé quitte à placer le tout dans une RoadMap. Le temps gagné par la mise en place de Cloud privé doit permettre d’être à l’affut de nouvelles fonctionnalités.

Pour conclure, le Cloud privé (ou dédié) est une solution qui permet d’implémenter les fonctionnalités dans un contexte privé, en contrôle des organisations. Il permet d’adresser en douceur la transformation et de répondre paisiblement aux besoins des différents utilisateurs. Les avantages de l’infonuagique sont présents :

  • La réduction des délais de déploiement
  • La flexibilité (mise en place de modules ad hoc)
  • La consommation à la demande
  • La meilleure maîtrise des coûts et l’économie d’énergie.

L’étape suivante se porte sur une partie hybride et publique pour s’affranchir complètement de la gestion de capacité en fonction de la criticité des données.