apm-performance-entreprise

Les outils APM (Application Performance Management) du marché sont des produits complexes car ils s’efforcent de répondre à toutes les dimensions de la performance applicative:  surveillance de l’expérience-utilisateur, cartographie de plateformes, modélisation de transactions d’affaires, aide au diagnostic et capacité d’analyse.

Beaucoup de nos clients acquièrent un APM de façon permanente suite à une accumulation d’incidents de disponibilité et/ou de performance ayant entaché leur activité. En effet, malgré une multitude d’outils de monitoring, ils arrivent difficilement à avoir une visibilité de l’impact d’un incident sur leurs utilisateurs et d’en identifier rapidement la cause première.
Pour ces clients, l’APM est surtout utilisé à des fins de diagnostic pour diminuer drastiquement le temps moyen de résolution d’un incident (MTTR), mais aussi pour faciliter la collaboration des équipes DevOps.

 

Il s’agit bel et bien de la première valeur ajoutée du produit. Cependant, comment peut-on aller plus loin dans l’intégration de l’APM au sein d’une entreprise ? 

En novembre dernier, durant l’AppShere 2016- conférence annuelle AppDynamics à Las Vegas, les experts performance LINKBYNET ont assistés à la session « TOP 10 Best practices APM » de Thomas Tammann, architecte à l’ACE – AppDynamics Center Of Excellence. Son intervention étant pleine de bon sens, aussi nous avons souhaité vous la partager. Lors de cette session, Tammann nous a présenté les bonnes pratiques à suivre afin de rentabiliser le plus rapidement possible la valeur de l’APM Appdynamics lors de son implémentation en entreprise.

 

TOP 10 meilleures pratiques

 

Pratique #1 : Définissez une stratégie APM

Avant toute chose, au sein d’une entreprise, il est important de définir la vision que l’on souhaite donner à ce produit, mais aussi quels sont les objectifs attendus et les critères de succès suite à son implémentation. Il est également nécessaire de prioriser et de planifier le déploiement, en commençant avec les applications les plus critiques.

Pratique #2 : Définissez de nouveaux KPI (indicateurs de performance)

Oubliez les KPI techniques et concentrez-vous sur des KPI en termes d’affaire. La surveillance de la charge CPU ou de l’activité du ramasse-miettes des machines virtuelles Java (JVM) n’est plus la cible de ce type de monitoring, il faut faire place aux KPI dits business.

Exemples :

« Mon tunnel d’achat est-il opérationnel ? »

« Nos utilisateurs mobiles ont-ils une expérience dégradée ? »

Dans ces cas-ci, la bonne pratique est d’identifier toutes les transactions business les plus critiques pour ensuite définir les indicateurs qui se retrouveront dans les tableaux de bord.

Pratique #3 : Soignez le design de vos business applications

Même si la plateforme à instrumenter comporte une multitude d’applications Web, tous les tiers (représentation logique d’une application Web dans Appdynamics) doivent se trouver dans une seule et même business application.

Pratique #4 : Configurez vos transactions business

Appdynamics détecte automatiquement les business transactions de vos applications afin de pouvoir diagnostiquer des incidents sans même avoir besoin de configuration. Cependant, pour une utilisation avancée en tant que solution de monitoring permanente, quelques bonnes pratiques de configuration sont à respecter.

Au travers de paramètres personnalisés, il faut faire ressortir les business transactions critiques identifiées lors de la définition des nouveaux KPI. Pour se simplifier la tâche au départ, il est préconisé de ne pas dépasser 5 business transactions par tiers.Toutes les autres business transactions seront alors groupées dans une seule et même transaction afin de ne pas atteindre la limite de 50 par tiers et de 200 transactions par business.

Car, selon Thomas Tammann, une business transaction non utilisée par une règle de santé ou un dashboard n’est pas une business transaction. Elle n’a donc rien à faire dans la liste des transactions de l’APM.

Pratique #5 : Définissez vos règles de santé

En fonction des KPIs que vous aurez déterminés, créez une règle de santé par business transaction. Puis exploitez l’état de ces règles dans les dashboards que vous aurez préalablement définis.

performance-applicative-entreprise

Pratique #6 : Collaborez

N’hésitez pas à abuser des fonctionnalités comme le deep link share; url de diagnostic d’un évènement, la war room; espace collaboratif de partage de métriques entre utilisateurs ou les exports de callgraph afin d’améliorer la fluidité entre les DevOps et les corps de métiers.

Pratique #7 : Partagez les connaissances

Il est important de capitaliser sur l’expérience acquise autour de l’APM au travers de FAQ, cas-clients, exemples de dépannage et les procédures. La rédaction d’un wiki dédié est un bon début.

Pratique #8 : Sécurisez vos données

Même si la configuration par défaut des outils APM ne permet pas de récupérer de données utilisateurs sensibles, l’outil est capable de les collecter au travers des data collectors. La sécurisation des données est également un point crucial. L’utilisation de mots de passes complexes pour les offres SaaS ou la migration vers une offre on-premise permettent de limiter l’exposition des données.

De plus, certaines fonctionnalités de l’APM peuvent avoir des conséquences importantes sur les applications comme le monitoring level developer ou le tracking memory leak. La définition précise des rôles et permissions selon le profil de l’utilisateur permet de diminuer ces risques.

Pratique #9 : Automatisez

Une bonne pratique pour homogéniser les déploiements est leur automatisation. Puisque les éditeurs de solutions APM s’orientent tous vers des mono-agents compatibles avec tous les frameworks, l’automatisation sera plus simple. Il est également utile de superviser les contrôleurs on-premise et d’intégrer les alertes de performances aux systèmes d’alertes existants.

Pratique #10 : « Make things as simple as possible, but not simpler. »

Au travers de cette citation d’Albert Einstein, Thomas Tammann, veut nous faire comprendre qu’une des règles d’or à suivre est d’éviter la complexité en commençant par quelques transactions et indicateurs clés pour monter en puissance petit à petit.

performance-applicative

Notre offre LINKBYNET solution de monitoring APM suit déjà ces bonnes pratiques de déploiement (et bien d’autres encore !) Notre stratégie APM est développée dans l’optique d’accompagner nos clients lors des phases d’implémentation de l’outil mais aussi lors de la phase d’exploitation des plateformes.

N’hésitez pas à contacter nos experts, si vous souhaitez en savoir plus sur nos offres de performances APM : team-apm@linkbynet.com